Minus me téléphone alors que je suis en train de me doucher ; ils sont partis avec vingt minutes de retard de Nancy. Ça va être tendu pour être au match à Dijon à vingt heures !! Je prends la route peu de temps après car nous devons nous retrouver à Châtenois. Minus me téléphone encore pour m'annoncer qu'ils sont à 25 kilomètres de la sortie, moi je suis à... 7 kilomètres... Je ralentis donc considérablement la cadence et n'attends le J9 que quelques minutes.

A l'intérieur, minus donc, et Jean-Michel, Elise, mamie-asnl, Nathalan et Adrien-m. Qui m'accueille par un : « on aime la bière, on aime pas le sexe ». Nous partageons alors quelques bières et discutons de tout et de rien. Ça s'anime progressivement quand je balance un drapeau puis une écharpe à minus copilote et mamie-asnl qui s'énerve presque : « attention au chauffeur quoi ! ». Enfin je fais la différence entre la gauche et la droite quand même. Nous arrivons par Saint-Appolinaire, mamie-asnl craque et dit qu'elle voit Guerriero lui faire coucou depuis le stade.

Nous nous garons un peu loin du stade et tandis que nous marchons, nous entendons déjà les chants. Karine nous attend à l'entrée du stade, elle a marché pendant plus d'une heure depuis la gare, mal guidée par les dijonnais ! Complètement cassée, la pauvre. Et alors que nous passons la fouille, une grande exclamation retentit : Dijon vient d'ouvrir le score et j'ai même pas vu le but... J'accompagne Adrien-m et Nathalan vers le parcage visiteurs, on peut pas y aller, tant mieux, moi je vais du côté des Dogs et laisse tout le monde en plan. Je retrouve Damien - que j'avais même pas eu le temps de prévenir de ma venue - à sa place habituelle.

5188     5189

Dijon marque un deuxième but ! Je suis contente, je l'ai vu celui-là au moins. Je prends des photos de l'avancement des tribunes, en huit mois ça a changé tout de même (et encore heureux !). La mi-temps est sifflée sur cet avantage de deux buts et je vais dénicher les AFC (Ajaccio fan club). Ils se sont trouvé un coin à côté du parcage fermé (seulement trois ajacciens répartis dans la tribune), ont bâché et tentent de chanter. Je reste avec eux jusqu'à la reprise du match et les laisse dans leur ridicule pour rejoindre Damien !!

5198     5190     5197

Ajaccio réduit le score en fin de match après la sortie de Guerriero, ce qui offre une dizaine de minutes de peur à Dijon. Mais le score en reste là. Dijon vient de gagner trois matchs consécutifs à domicile en une semaine (après Villefranche en coupe de france et Amiens, L2). Des cadeaux sont distribués à la fin : des petits ballons en mousse taggés DFCO et conseil général.

5199

Je retrouve les AFC devant le bus d'Ajaccio (qui ont retourné leurs vestes comme c'est pas permis et ont chanté tantôt pour Ajaccio tantôt pour Dijon), discute avec un mec en attendant les joueurs (autant de sociabilité devrait se payer) puis Guerriero vient et nous le harcelons et l'empêchons de voir ses amis !! Enfin bref, on repart finalement pour aller manger et on chante : « demain le Havre ! ». Tout en étant au téléphone, je trouve une chaussette pour portable par terre et décide de la ramasser, elle est un peu petite pour ma vieille carcasse, mais bon, ça lui tiendra chaud. Je pense qu'on aurait pu prévenir fontenoi de notre passage à Dijon, peut-être était-il là ? Le GPS choisit pour nous le Quick de la gare, nous y sommes à 23h01, il fermait à 23 heures... Décidément, c'est une habitude !! Nous nous rabattons donc sur un kebab, commandons et mangeons sur place. J'ai pris un cheese qui est pas bon, je laisse la moitié du fromage, taxe le coca d'Adrien-m et, pendant ce temps, Nathalan bave sur les clips avec des filles dénudées qui passent à la télé ! Au moins on l'entend pas parler !! Sinon, Elise et moi avons froid.

5201

Il est grand temps de partir, il est déjà bientôt minuit. Elise apprend à Adrien-m comment rouler des clopes et j'entends celui-ci se plaindre d'avoir perdu sa chaussette à portable. Je lui montre celle que j'ai trouvée : « c'est pas la tienne par hasard ?? », et si !!! Trop content l'Adrien. Je prends les commandes du véhicule pour le retour et tout se passe bien. Enfin tant que nous sommes dans Dijon. À peine sortis, je me rends compte que si je veux voir clair, je ne peux mettre que les plein-phares ! Évidemment ça ne plaît pas du tout aux automobilistes qui me croisent. Arrêt donc un peu en catastrophe avec un bon demi-tour vosgien et Jean-michel et moi regardons tout cela de plus près. Jean-Michel finit par trouver les phares normaux et j'entends Adrien dire : « et en plus, on a laissé conduire la seule qui a bu ». Bref, je repars. Le J9 est calme à part quand Adrien et Nathalan s'amusent avec leurs sonneries de portable de pjc !! A un moment, sur l'autoroute, alors qu'on comate tous, un voyant s'allume et s'exprime : « bip, bip, bip ». Je comprends bien qu'il s'agit du frein à main, mais bon, j'y ai pas touché quoi. Après quelques secondes, je me rends compte qu'il s'est relevé tout seul. Ok, merci pour ce réveil nocturne, ça doit être comme pour les conducteurs de train, pour vérifier leur éveil.

5186

Après avoir aperçu une étoile filante (et je tairai mon vœu !!), je me dépose à Châtenois, ma voiture est blanche de gel. Je gratte cinq minutes et monte dans mon temple glacé. Au revoir tout le monde, pour la plupart nous nous retrouverons dans quelques heures pour partir au Havre ! Je suis chez moi un peu avant deux heures du matin.