Sitôt le boulot terminé, je file à Nancy. Un peu fatiguée par la piscine l'après-midi et un peu malade comme toujours. Je retrouve Damien le dijonnais place Stanislas ; celle-ci est envahie par des décorations florales à défaut de néerlandais. Dommage.

4336

Un COCA (puisque l'alcool est interdit à Nancy ce jour) devant la première mi-temps de Paris à Schalke. Dehors, tout est calme, limite trop même. J'ai bien du mal à reconnaître Nancy : grand soleil et cars de CRS. Quelques groupes de supporters nancéiens et la ville respire la tranquillité.

En allant en direction du stade, nous croisons Mikael, plus très frais. Je prends ma voiture qui fait soudainement du bruit (plus que d'habitude) quand elle est au point mort. L'embrayage ayant été changé en début de semaine, j'espère ne pas avoir déjà une nouvelle réparation à payer !!

Bref, au stade, c'est mort, nous avons le temps d'aller manger. Retour aux alentours du stade, toujours pas de néerlandais mais des CRS inactifs qui tuent le temps en... buvant.

À l'entrée, pas de contrôle des cartes d'identité, c'était bien la peine... Pas de tifo car les groupes ont renoncé devant la faible affluence (10 500). Et parcage vide en face bien entendu, avec un filet de protection au cas où. On n'est jamais assez prévoyant. Travis et Eléonore arrivent et ils sont placés juste devant nous ; Travis a peur que je profite de l'aubaine pour l'embêter.

Première mi-temps assez terne, Feyenoord commence bien mais Nancy se ressaisit. Le stade sonne terriblement creux. Je préviens Damien que ça va siffler à la mi-temps à cause du 0-0. Il ne me croit pas vraiment sur le coup mais se rend effectivement à l'évidence quand l'arbitre renvoie les joueurs au vestiaire sur ce score de parité : 0 à 0. Donc déjà pas de but nancéien côté Piantoni pour ce match.

4338     4339

À la pause, nous allons saluer Fontenoi au milieu des RS et finalement, quand la seconde période reprend, nous restons là. Le match débute à peine que Nancy ouvre le score ! Par Zerka. Raz-de-marée et Ludovic dit que Damien et moi, on devrait venir plus souvent. Deuxième but dans la foulée (Féret) et puis je chante. C'est la première fois à domicile que je vais chanter avec les groupes et ce n'est pas déplaisant. Au contraire. Sauf pour les chants à pogo que je n'anticipe pas aussi bien que Fontenoi. Du coup, pas de photos mais il n'y avait pas grand chose à photographier et moins d'intérêt pour le match en lui-même (aucune idée si Nancy a mieux joué en seconde période – les buts ne veulent pas forcément dire grand chose). Helder marque un troisième but en fin de match et le stade chante : « et un, et deux, et trois-zéro » ; oui, c'est bien le même public qui sifflait à la mi-temps. La Clique et les RS font partir une ola qui fera le tour du stade dès la première tentative. Et voilà, 3-0 comme il y a deux ans.

À la fin du match, Damien me fait remarquer que les joueurs de Nancy ne viennent pas saluer leurs supporters... Puis il rentre à Dijon. Moi je tombe sur des AFC dont Séb qui se vante que les buts étaient en Schuth une fois de plus. Des RS passent par là aussi et devant la menace d'une invasion messine, tout le monde se disperse.

Je repars ensuite dans les mini-bouchons d'après-match et rejoins Mikael et des nancéiens au centre-ville pour boire une bière (l'interdiction a finalement été levée à vingt heures...). Retour dans les Vosges à une heure du matin environ.

Merci à Damien d'être venu de Dijon.