Pour ce match amical entre Nancy et Troyes, j’ai dû batailler ferme pour emmener Antoine, le fils d’une collègue qui est très mère poule et s’angoisse à la simple évocation de mots associés ensemble tels que « trajet en voiture jusqu’à Nancy ; assis dans un stade au milieu de supporters (en furie, cela va de soi) ; match à 18h dans le froid et la nuit » etc. Au boulot, on me met donc la pression : « fait gaffe, tu emmènes la petite merveille de Frédérique, son tout-petit… » (11 ans ½ quand même, la petite merveille) ou on me chambre : « dis donc, tu les prends au berceau… »

Bref, après les recommandations d’usage (« tu ne parles pas aux inconnus, tu restes toujours avec Maud, vous ne vous quittez pas des yeux… »), nous quittons Mirecourt à 16h30, pour ma part après 8 heures de travail, pour Antoine après 8 heures de cours (j’ai du mal à le croire mais bon !!). J’appréhende ce match comme un match officiel, sauf que c’est un match amical. Je ne mets donc qu’une écharpe noire, d’ailleurs je suis intégralement habillée en noir ce soir.

Le trajet se déroule sans encombre, une voiture avec un fanion asnl est devant nous quelques minutes, je reste concentrée sur la route, bien consciente de transporter la 7ème merveille du monde, qui me parle de sa vie. C’est assez instructif, n’ayant pas d’enfant de cet âge dans mon entourage (jeux vidéo, internet – déjà…, cheval, petite sœur atroce, vélo, télé, collège, liste de Noël, papa, maman, etc.).

Nous sommes à 17h20 aux abords du stade et il me chambre déjà, parce que j’hésite à propos de la route : « tu connais pas le chemin, toi qui va au stade à tous les matchs ?! ». En fait, c’est parce que d’habitude je me gare au kinépolis, et puis d’abord j’ai pas à me justifier.

On retrouve minus, qui a nos places, j’appelle Frédérique pour la rassurer, et on va faire un tour à la boutique de l’asnl. Antoine, ravi, est aux anges et s’achète une écharpe, le vendeur me fait la bise : « vous êtes abonnée en Pianto », quelle mémoire…

Je saoule minus avec Travis, qu’on n’a pas retrouvé au P7 (et pour cause, vu qu’on n’y est pas resté – à cause du froid) : « t’es sûr qu’il a ton numéro de téléphone ? ». Je savais que j’aurais dû lui demander son numéro à Travis hier. Enfin voilà, je suis un peu déçue.

Au stade, on doit passer par l’entrée 1 pour aller en Hazotte, ce qui est logique, surtout en étant garé sur le P7, et subir une fouille dans les règles de l’art. « T’as une bouteille d’eau ? », Antoine : « non, juste des gâteaux… ». S’ensuivra une discussion, pourquoi les bouteilles d’eau sont interdites, pourquoi ils enlèvent le bouchon si t’en as une…

IMG_1973     IMG_1974     IMG_1976

On trouve facilement nos places en présidentielle (on se refuse rien hein) et on assiste à la fin de l’échauffement des joueurs, et au début du refroidissement (nous concernant). On entend rien de la composition des équipes (pour Nancy : Grégorini, Sauget, André Luiz, Camara, Nyom, Guerriero, Berenguer, Brison, Malonga, Sarkisian, Curbelo) mais on a droit à la music d’entrée des joueurs de l’asnl.

IMG_1977     IMG_1980     IMG_1981

La première période est terne, parfois on s’ennuie ferme, heureusement Jonat vient nous retrouver (« si t’es debout, t’es IDS ») parce qu’il se sent seul derrière la bâche extérieur AFC. On discute, j’entonne « quand la Hazotte se met à chanter… », je demande à Minus si Travis n’a pas essayé de l’appeler (apparemment, non). J’ai vu deux supporters troyens, je ne sais pas s’ils sont plus que deux dans la tribune. On entend quelques sifflets envers les troyens et oh hisse, parce qu’il y a toujours du monde pour ça.

IMG_1995

A la mi-temps, il faut passer par la case pass gourmand, Antoine et moi dévorons frites et coca (pas de vin chaud, dommage, ça fait un mois qu’ils l’attendent, me dit-on à la buvette), ça ne réchauffe pas trop mais ça remplit (un peu) le ventre. Je souhaite un bon anniversaire à minus après tout le monde, pourtant il me l’avait dit un nombre incalculable de fois que Nancy jouerait pour son anniversaire…

IMG_1986     IMG_1989     IMG_1990

Les pieds congelés et les dents qui claquent, nous abordons la seconde période sereinement. Jonat et minus ne comprennent pas comment ils peuvent avoir froid habillés, eux qui d’habitude assistent aux matchs dénudés… Je pronostique un 0-0 score final, et Nancy ouvre le score par Malonga (50ème) ! Je souhaite un but de Fortuné, qui a fait son apparition en compagnie de Kim, Puygrenier et Gavanon : Fortuné marque à la 66ème !! Du coup, je ne sais plus quoi dire d’autre. Alors je prends quelques photos de la tribune en délire. Guerriero se paye le luxe d’être remplacé par Gavanon, puis de remplacer Nyom le numéro 33 sans nom. A Troyes aussi d’ailleurs, ils ont un 33 sans nom.

IMG_1987        IMG_1993        IMG_1988

Enfin voilà, le match se termine dans le blizzard, je prends en photo les AFC derrière leur bâche (Jonat fait un tifo cuir à lui tout seul) et je repars avec Antoine au pas de charge, après avoir surgi derrière Jonat, pink et minus et chanté « Nancy ….tix allez allez ». La voiture est fraîche mais Antoine est en admiration devant mon fanion asnl, il n’a pas faim, est très content du match, et me raconte qu’au collège, il y a deux camps : les pro-nancéiens et les pro-lyonnais (qui agitent des drapeaux). Je le dépose chez ses parents à 21h et je file regarder France-Nancy. Inutile de préciser pour qui je suis. Et j’ai déjà un peu la tête au basket… demain je vais voir Nancy - Toulon.